jeudi 30 avril 2015

Virus, bactérie ou parasite, qu'est-ce qui infecte mon animal?


La différence principale entre un virus, une bactérie et un parasite est de taille.  Ce n’est pas peu de le dire.  Car en effet même si le virus et la bactérie sont tous deux microscopiques, le virus fait partie du monde de l’infiniment petit.  On ne peut pas l’observer à l’œil nu, ni même avec un microscope classique. Pour le « voir » cela nécessite un  microscope électronique très puissant.
         En clinique, nous pouvons observer les bactéries avec nos microscopes.  Des amas de petites coques ou bâtonnets nous indiquent la présence d’une infection bactérienne.
         Le monde des parasites est visible à l’œil nu dans la grande majorité des cas. Il s’agit d’organismes pluricellulaires (c’est-à-dire composé de plusieurs cellules). Les vers, les insectes, les tiques en font partie.
         Dans chacun de ces groupes il y a des éléments inoffensifs, des indésirables et d’autres carrément nocifs pour la santé. 
         LES VIRUS

Comme ceux-ci sont infiniment petits, on les retrouve en suspension dans l’air. Ils sont donc hautement contagieux. Lorsqu’on a affaire à un virus potentiellement mortel ou qui rend très malade, on préfère avoir recours à la vaccination et ainsi prévenir la maladie plutôt qu’attendre l’infection et tenter de la guérir. Car autant il est facile et peu à risque de  vacciner, autant il peut être difficile voire impossible de guérir la maladie lorsqu’elle est présente. Autrement dit on pèse le pour et le contre, on évalue le risque par rapport au bénéfice. Exemple de virus potentiellement mortels pour lesquels il est préférable de vacciner :

                   Chien : Rage, distemper, parvovirus     

                   Chat : Rage, leucémie, panleucopénie



LES BACTÉRIES

         Lorsqu’on diagnostique une infection bactérienne, on peut aider  le système immunitaire avec un antibiotique. Ce traitement fonctionne très bien lorsque le bon antibiotique est utilisé pour le type de bactérie impliquée.  Mais il existe une infinité de bactéries et elles développent des moyens de résister à certains antibiotiques.  Lorsqu’on ne termine pas la prescription complète de l’antibiotique sous prétexte que l’animal se porte mieux, on laisse en place dans son organisme les dernières bactéries à avoir résister jusque-là au traitement. Donc les plus fortes.  Si celles-ci recommencent à se multiplier, la prochaine génération sera plus forte et plus résistante au traitement. Exemple de bactéries impliquées dans des infections chez nos petits animaux :

                   Chien : staphylococcus intermédius : infection de la peau 

                               E. Coli : diarrhée, infection urinaire

                   Chat : pasteurella multocida : abcès de morsure de chat

 

         LES PARASITES

         Comme leur nom l’indique, ce sont des indésirables qui parasitent un hôte. Ils s’y accrochent, ou y vivent à ses dépens. Ils  se nourrissent de son sang ou utilisent les nutriments déjà digérés, privant l’animal des protéines et vitamines qu’il a lui-même métabolisées. Les parasites n’ont pas avantage à tuer leur hôte. Est-ce qu’on détruit sa maison et son garde-manger?  Mais il arrive qu’ils finissent par nuire tellement à sa santé que l’animal peut en mourir. Ils peuvent aussi être porteurs de bactéries et être le vecteur qui va transmettre une maladie plus grave. Exemple de parasites dont il faut se méfier et qu’il vaut mieux éviter pour garder votre animal en santé et lui assurer une belle qualité de vie :
 
 

Ver du cœur : Transmis par une piqûre de moustique. Va se développer et s’installer dans le cœur nuisant ainsi à la fonction cardiaque. Peut créer des embolies pulmonaires mortelles. Possible traitement mais très à risque. Prévention facile, efficace avec peu ou pas d’effets secondaires.

Tiques : S’accroche à la peau de l’animal en le « mordant » avec ses pièces buccales et en suce le sang pendant plusieurs jours. Pendant ce temps peut lui transmettre la bactérie qui cause la maladie de Lyme. Maladie grave qui affecte les articulations et qui peut causer une insuffisance rénale potentiellement mortelle. Il existe des médicaments préventifs pour les tiques et les puces. En comprimés ou en gouttes à appliquer sur la peau.

Puces : Indésirables et désagréables.  Provoquent des démangeaisons qui peuvent être intenses et mener à une infection de la peau chez les animaux allergiques. Elles peuvent aussi transmettre le ténia, un ver intestinal qui causera de la diarrhée et une perte de poids. Se traite et se prévient facilement.

 Mites d’oreilles : insectes microscopiques qui se logent dans les oreilles des animaux pour les piquer et en sucer le sang. Très irritantes, elles provoquent des démangeaisons intenses des oreilles qui peuvent mener à des otites plus sévères. Facile à traiter.

 
         Le printemps (enfin arrivé!) est la saison où on commence à faire la prévention des vers du cœur, puces et tiques.  On en profite aussi pour contrôler le carnet de vaccination de votre animal et pour faire un examen de santé général.  En vue d’un bel et bon été en santé!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire